M.Pokora: « Je n’étais pas préparé pour #ALEtatSauvage! »

LIRE LA SUITE

Hier soir en première partie de soirée, vous étiez plus de 3 millions  suivre le périple de M.Pokora et Mike Horn pour l’émission « A l’état sauvage » . Vomissements, fatigue extrême, découragement, le moins que l’on puisse dire c’est que le beau-gosse a été mis à l’épreuve…

En effet, l’émission était très attendue par les téléspectateurs, lesquels n’ont donc évidemment pas manqué leur rendez-vous sur M6! Le programme, qui avait également suscité l’engouement du public lors de son édition précédente avec Mickaël Youn, a rassemblé 3,7 millions de téléspectateurs pour ce nouveau périple avec la star de la pop française M.Pokora.

Au micro de nos confrères de TVMAG, il a évoqué cet « enfer » qu’il attendait pourtant avec impatience:

Article populaire

PHOTO – Matt Pokora trouve qu’il ressemble à la marionette des guignols de David Beckham!

« J’avais envie de vivre une aventure physique en plein air et je savais que j’allais apprendre auprès de Mike Horn. Chez moi, apprendre est un besoin. » confie-t-il, avant d’ajouter  » Mais je ne m’attendais pas à ça! Dès les premières heures, ça a été infernal. Dans le documentaire, il y a beaucoup de choses qu’on ne voit pas, qui ne rendent pas compte des difficultés traversées. Pourtant, je suis sportif, endurant, mais il faut croire que j’étais préparé pour d’autres choses, à d’autres conditions.« 

Ce qui a été le plus difficile pour lui? Le  » manque de sommeil »!:

« Dans la vie, cinq ou six heures me suffisent. Mais dans la jungle je ne dormais pas plus de deux heures, et par phases. Un bruit, un courant d’air, un barrissement me réveillaient. Au matin, j’avais les jambes tremblantes. » précise-t-il.

Matt admet également avoir parfois vraiment eu peur:

« Une première fois quand je suis tombé en descente et que j’ai roulé sur les pierres, emporté par mon sac à dos. Et une autre sur la falaise au moment de sauter. »

Quoi qu’il en soit, ce périple lui a apporté énormément sur le plan humain:

« J’ai réalisé qu’on n’est pas grand-chose sur cette planète, que c’est la nature qui décide. Mais psychologiquement, grâce à Mike Horn, qui m’a poussé dans mes retranchements, j’ai dépassé des limites et j’ai appris un peu à me débrouiller dans la nature. En fait, on a appris l’un de l’autre. Je n’ai pas son expérience, mais il n’a pas la mienne. Il m’a dit que ces quelques jours avec moi l’avaient rajeuni et moi ils m’ont fait grandir. En tout cas, je suis prêt à repartir demain! »

Et vous, avez-vous aimé ce programme?