Un malvoyant violemment viré d’un magasin avec son chien-guide, la toile s’insurge!

LIRE LA SUITE

« L’article 88 de la loi 87-588 donne libre accès aux chiens-guides d’aveugle ou d’assistance dans tous les lieux ouverts au public et transports. Malgré cette loi, je suis quotidiennement dévisagé, contrôlé et parfois on me refuse l’accès, spécifiquement dans les taxis, VTC, et commerces alimentaires. » c’est le message posté par Arthur Aumoite sur son compte Facebook après la « mésaventure » qui lui est arrivée le 21 septembre dernier…

Alors qu’il souhaitait faire ses courses dans un magasin de l’enseigne Monoprix situé à Marseille avec son chien-guide prénommé Loya, comme la Loi en vigueur le lui autorise, Arthur Aumoite s’est heurté au refus du directeur des locaux pour des « raisons d’hygiène ». Le débat est devenu plus virulent lorsqu’Arthur Aumoite a refusé de sortir du magasin, .

Arthur et son chien ont finalement été violemment expulsés de celui-ci par le directeur et le vigile présent à ses côtés et ce, malgré la tentative d’intervention d’un client du Monoprix.et d’un ami d’Arthur qui l’accompagnait.

Article populaire

#MELAA4 : Maeva finaliste, les internautes trouvent qu’elle ne mérite pas sa place !

La scène, filmée par ce même ami, a légitimement provoqué la colère de milliers d’internautes. Regardez:

« Je m’appelle Arthur, j’ai 25 ans et je suis malvoyant. Loya, mon chien guide, m’aide dans tous mes déplacements, en train, en avion, à l’hôpital, pour aller travailler, ou simplement pour aller faire des courses… Voici ce qui nous est arrivé, vendredi 21 septembre, au Monoprix de la Blancarde, à Marseille. La loi française impose depuis plus de 30 ans que les chiens guides puissent accompagner les personnes malvoyantes partout. Malheureusement, encore aujourd’hui, ce type d’incident n’est pas un cas isolé. Loya me donne tellement de joie et d’autonomie, que jamais je ne changerais pour une canne blanche. Ensemble, faisons plutôt en sorte que ces comportements changent. Aidez-nous à faire connaître la loi. Stop à la discrimination. »

L’enseigne Monoprix a quant à elle présenté ses excuses sur Twitter:

Arthur a déclaré à Libération envisager de déposer plainte pour le refus d’accès au supermarché et la violence dont il a été victime.

Qu’en pensez-vous?