#HarcèlementScolaire: La maman du petit garçon de 7 ans s’explique sur la vidéo!

LIRE LA SUITE

La semaine dernière, alors que les témoignages affluaient en masse sur les réseaux sociaux à l’occasion de la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, la vidéo du petit Charlie, âgé de 7 ans, bouleversait la Toile. Elle provoquait toutefois par ailleurs de nombreuses interrogations, auxquelles la maman du petit garçon vient de répondre…

En effet, Sandrine, la maman du petit Charlie, 7 ans, qui confiait « vouloir mourir » parce qu’il était régulièrement frappé par l’un de ses camarades, s’est exprimée dans plusieurs médias à propos de cette fameuse vidéo. Une vidéo qui, si elle avait ému ceux qui l’avaient visionnée, avait également suscité des interrogations, et notamment comment et pourquoi s’était-elle retrouvée sur la Toile?

« Nous avons enregistré ces images mi-octobre sur les conseils d’un ami de la famille qui est avocat. A l’origine, la vidéo n’était pas destinée à être postée. » confie-t-elle à L’Obs, précisant qu’il s’agissait pour elle du « dernier recours » pour venir en aide à son fils, dont le harcèlement durerait depuis plus d’un an.

Article populaire

PHOTOS + VIDEO – Emilie (#FriendsTrip2) en 2013, finaliste à l’élection de Miss Petite de France!

Elle raconte:

« Ça a commencé l’année dernière, à la rentrée. Il revenait de l’école avec les lacets arrachés, son manteau déchiré. Il avait des bleus. Quand je lui demandais des explications, il me disait qu’il était tombé. Il n’avait plus d’appétit, me disait qu’il avait fait pipi dans sa culotte avant de partir à l’école, pour ne pas y aller. »

Des dispositions seront d’ailleurs prises par l’établissement envers les 3 enfants à l’origine des brimades, en septembre 2017, lors du signalement de la maman auprès de la direction de l’école privée où Charlie est scolarisé (élément confirmé par le procureur, ndlr). Mais d’après la maman, l’un des 3 enfants, celui désigné par son fils dans la vidéo, aurait continué de frapper ce dernier « dès que la maîtresse a le dos tourné » dès la rentrée de septembre 2018, d’où son dépôt de plainte en date du 13 octobre (plainte faisant état de quatre faits de violence, étalés sur un an : coups de pied dans les hanches et coups de poing dans le dos, ndlr)

Pour l’heure, le procureur M.Porcher estime que le mal-être de l’enfant est « sans proportion avec ce qu’il se passe à l’école »

« Le personnel éducatif a constaté des chamailleries entre enfants, des bousculades. Ce ne sont pas des violences de type coup de poing », précise-t-il.

Concernant la vidéo, Sandrine affirme toutefois ignorer qui l’a mise en ligne, précisant qu’elle-même ne l’avait envoyée qu’en « messages privés  » sur Facebook à « une trentaine de personnes« .« Je ne vais pas jeter la pierre à la personne qui a publié la vidéo. Bien sûr, certains nous traitent de barjots. Mais je dis à mon fils que plein de gens lui font des bisous et lui conseillent d’être fort. Eh bien, il avait le sourire, il m’a dit ‘Ah bon ?’. explique-t-elle.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’interview de Sandrine en cliquant ici: L’Obs.

A ce jour, Sandrine envisage de déménager pour pouvoir changer Charlie d’école…