Giuseppe (#GiuseppeRistorante): Condamné par la justice pour violences envers la mère de sa fille!

Si Giuseppe et sa famille ont fait les beaux jours d’NRJ12 dans le programme Giuseppe Ristorante, le plus célèbre macho italien de la téléréalité a en ce moment des préoccupations bien moins « fun » et n’a certainement pas le coeur à faire de l’humour! Et pour cause, il vient d’être condamné par le tribunal suite aux accusations de violences de son ex-compagne et mère de sa fille, Kedidja!

Si cette affaire était quelque peu tombée aux oubliettes pour le grand public qui s’est beaucoup amusé des aventures de Giuseppe sur le petit écran, il y en a une qui a mené son combat jusqu’au bout, c’est Kedidja Derouiche, dont il était séparé depuis janvier 2011

Nous avions en effet déjà évoqué les accusations de violences proférées par la jeune femme à l’encontre de Giuseppe il y a plus de trois ans. La justice n’a certes pas été rapide mais l’affaire a finalement été traitée vendredi dernier au Tribunal de Grande Instance de Versailles et Kedidja a eu gain de cause puisque Giuseppe a été reconnu coupable des chefs d’accusations qui lui étaient reprochés!

Pourtant, Giuseppe n’a eu de cesse de démentir avoir été violent avec elle:

« Je l’ai trompée dans une émission de téléréalité. Je l’ai humiliée devant la France entière. Elle s’est jurée de se venger » argumentera-t-il à la barre, accompagné de sa maman, Marie-France.

En l’occurence, tandis que l’avocat de Kedidja, Maitre Ben Attia, explique que l’accusé se serait rendu chez elle le 28 mai 2012 à Mantes-La-Jolie et aurait fini par « la rouer de coups de pieds et de coups de poings au visage et au corps« , certificats médicaux à l’appui, Giuseppe raconte sa version des faits:

« J’avais la petite dans les bras, elle m’a manqué de respect. J’ai perdu le contrôle. Je l’ai poussé. Il n’y a jamais eu de violence« .

Et lorsque Maitre Ben Attia lui oppose: « La police est venue à son domicile le jour des faits. Les fonctionnaires l’ont vue en pleurs. Elle avait une bosse sur la tête!« , Giuseppe rétorque:

« Elle s’est peut-être cognée quand je l’ai poussée. Si je l’avais tapée, vu mon gabarit, elle aurait eu plus qu’une bosse!« 

Kedidja et son avocat affirmeront d’ailleurs que ces violences ne datent pas seulement d’après leur séparation et qu’elle en a également été victime avant.

De plus, ce n’est pas le seul chef d’accusation reproché à Giuseppe puisqu’il est aussi accusé de « vol de documents » et de « dégradation de biens« ! Si Giuseppe avait reconnu les faits lors de son interrogatoire par les services de police, il est revenu sur ses déclarations lors du procès et a finalement déclaré:

« J’ai dû les jeter malencontreusement pendant mon déménagement« , une explication qui n’a pas vraiment convaincu le juge et l’a même sérieusement agacé!

Et enfin, Giuseppe comparaissait également pour répondre aux accusations de harcèlement téléphonique, accompagné de menaces!

« Vous avez proféré des menaces de mort. Elle les a enregistrées avec un dictaphone » assène le juge! 

Cette fois-ci, Giuseppe ne niera pas les faits:

« Je le reconnais. À mon avis, c’était la meilleure solution pour qu’elle abandonne sa plainte« .

Durant tout le procès, Giuseppe Polimeno se sera défendu comme un beau diable, quitte à choquer les magistrats et à agacer le procureur:

« C’est elle qui s’est fait les blessures pour gagner de l’argent! Elle vend des ragots sur moi à la presse… 15 000, 20 000 euros l’article. Elle travaille avec un paparazzi. Elle a vendu l’accouchement de notre fille, et l’histoire des violences ! »

Selon lui, Kedidja n’est qu’une femme vénale qui n’en a toujours voulu qu’à son argent:

« Je l’ai connue en février 2010, pendant le tournage de Qui veut épouser mon fils?. Elle me voyait comme un casino!« .

Des propos dont se défendra la jeune femme:

« Je suis assureur, je gagne bien ma vie, poursuit-elle. Je ne savais pas qui il était quand je l’ai connu. Il ne m’a rien dit pendant trois mois pour vérifier si j’étais vénale ».


Et tandis que le procureur assènera:


« Quel cinéma, c’est de la comédie. Le problème de Monsieur Polimeno, c’est qu’il n’arrive pas à ne pas se mettre dans tous ses états. Cela fait peut-être partie de son talent mais, à un moment, il faut arrêter! Je lui souhaite une carrière moins judiciaire! Je suis optimiste pour qu’on ne vous revoie pas avant un an pour ce type d’affaire! »


L’avocat du prévenu concluera pour défendre son client:


« La téléréalité conduit au prétoire certains individus qui ont du mal à faire la différence entre leur rôle et la vraie vie… »


Si Giuseppe avait annoncé lors du Festival de Cannes être enfin heureux en amour, espérons que son passé n’effraie pas sa nouvelle compagne!


>>> Cliquez ici pour découvrir la condamnation de Giuseppe à l’issue du procès! <<<

 

Que pensez-vous de toute cette affaire? Imaginiez-vous Giuseppe capable de frapper une femme?


MP